RAPPORT DE STAGE

Publié le par Jennifer Deboever

Mlle DEBOEVER Jennifer

 

 

 

PMO3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RAPPORT DE STAGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit Agricole Ile de France d’Arcueil

 

 

 

34-36 rue Emile Raspail

 

 

 

94110 Arcueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mme Morin Isabelle

 

 

 

 

 

 

18 avril au 9 juin 2006

 

 

 


REMERCIEMENTS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       Au terme de ce stage je tiens à présenter mes plus sincères remerciements  à l’équipe  du Crédit Agricole d’Arcueil. En tout premier lieu à Mr KERBIRIOU  le directeur, car il m’a  donnée la chance d’effectuer ce stage et m’a  réellement accompagnée durant ces huit  semaines, en prenant toujours le temps de répondre à mes interrogations. A Mlle Hely pour avoir su m’accueillir lors de mes premiers jours à l’agence et par la suite pour s’être toujours préoccupée de mon intégration au sein de l’équipe .Enfin à messieurs Barré et Corceiro pour m’avoir  encouragée et fait confiance tout au long de cet apprentissage. 

 

 

 

       Ce stage aura été pour moi riche en enseignements à tous niveaux.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

THEME DE LA MISSION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors de ce stage la mission principale qui m’a été confié fut la gestion du risque en agence. En  complément à cette mission il m’a aussi été confié une partie des travaux quotidiens inhérents à la gestion d’une agence bancaire.

 

 

 


SOMMAIRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REMERCIEMENT……………………………………………………………………2

 

 

 

THEME DE LA MISSION…………………………………………………………...3

 

 

 

SOMMAIRE…………………………………………………………………………..4

 

 

 

INTRODUCTION…………………………………………………………………….5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I. PRESENTATION DU GROUPE…………………………………………………...7

 

 

 

            A. Histoire du groupe………………………………………………………….7

 

 

 

            B. Organigramme général du groupe……………………………………….....10

 

 

 

            C. Organisation de l’agence……………………………………………………13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II. ANALYSE DE LA MISSION……………………………………………………..15

 

 

 

A.     Objectifs de la mission…………………………………………….............15

 

 

 

B.     Taches relatives à la mission……………………………………………….19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONCLUSION…………………………………………………………………………21


 

 

 

INTRODUCTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                            

       De part ma spécialité (Petite et Moyenne Organisation) j’ai décidé d’orienter mes recherches de stage vers de petites et moyennes structures de type agences bancaires, mairies ou centres hospitaliers. J’ai donc envoyé plus de 50 curriculums et lettres de motivations aux petites structures proche de mon domicile. Sur ces 50 envois seul deux réponses me sont revenues favorables : le Crédit Agricole d’Arcueil et le centre hospitalier Paul Brousse de Villejuif.

 

 

 

Parmi ces deux possibilités j’ai fait le choix du Crédit Agricole. En effet d’après moi c’est le stage qui m’offrait le plus de débouchés potentiels.

J’ai par conséquent passé un premier entretien avec le  directeur d’agence MR KERBIRIOU qui m’a donnée de nombreux conseils afin d’améliorer mon curriculum. Il a aussi émis le souhait que je  réécrive ma lettre de motivation  tant pour le fond que la forme : dans le secteur bancaire la lettre de motivation manuscrite est toujours de rigueur. Il c’est avéré qu’en l’espèce ma candidature n’aurai pas retenue son attention, hormis le fait que j’étais issus de l’IUT de Sceaux. J’ai donc saisie cette chance et c’est après deux autres entretiens que mon dossier a été transmis au service formation du Crédit Agricole d’Ile de France dont dépendent les stagiaires écoles.

Ma candidature a été examinée, retenue et j’ai reçu mon accréditation avec le matricule M050507 (matricule nécessaire à toute opération au sein de l’agence).

 

 

 

Lors de ce stage ma mission principale fut la gestion des risques agence (risques physiques et virtuels). Néanmoins dans une agence de petite taille comme celle d’Arcueil les agents commerciaux sont préposés à de nombreuses autres taches au quelles j’ai pu être associés. J’ai donc participé à la tenue du guichet accueil, aux taches administratives ainsi qu’aux actions commerciales en plus de toutes les missions relatives à la gestion du risque tel que les avis de sort et l’examen des listages (hors normes, cartes, chéquiers etc.….).

 

 

 

       De part mon expérience lors de ce stage j’ai donc décidé d’orienter  mon rapport sur  la gestion des risques et notamment des risques liés aux transfères des données informatiques. En effet à l’avenir les banques seront de moins en moins sujettes aux risques physiques tel que les braquages du fait de l’absence d’espèces aux guichets et grâce à l’automatisation des opérations courantes (automate en libre service). A l’inverse l’usage  des services bancaires à domicile par les clients via Internet et le site du Crédit Agricole augmentent les risques financiers encourus par les agences du fait du contrôle à posteriori des opérations.

 

       Mon rapport de stage s’organisera donc de la façon suivante. Dans un premier temps nous aborderons l’histoire et l’organisation de ma structure d’accueil Le Crédit Agricole d’Ile de France et plus particulièrement l’agence d’Arcueil. Nous poursuivrons par l’analyse des différentes missions qui m’auront été confiées. Puis nous conclurons ce rapport sur les bénéfices qu’auront pu m’apporter  ces 8 semaines passées au sein de cette agence.


I. PRESENTATION  DU GROUPE

 

 

 

A. HISTOIRE DU GROUPE

 

 

 

Le Crédit Agricole d’Ile de France est une entité faisant partie d’une structure plus  large : le Crédit Agricole Société Anonyme (CASA). Il convient donc d’en observer la construction somme toute particulière.

C’est en 1861 que l’on tente en France de créer un Crédit Agricole étatique. Cette initiative s’avérera être un échec avec le dépôt de bilan et la liquidation de la Société du Crédit Agricole en 1865. Ce n’est quand  1894 que la chambre des députés adoptera une loi reposant sur deux principes fondamentaux : la construction d’un Crédit Agricole  « par le bas » au plus près des agriculteurs, et l’association de ces derniers à la gestion des caisses locales. Cette loi autorise donc la constitution de Caisses Locales et par la même occasion donne naissance au Crédit Agricole.

Le Crédit Agricole n’a donc pas été conçu comme tous les autres groupes bancaires. A sa base  on retrouve les Caisses Locales qui sont à l’origine da sa construction. Celles-ci sont nées de la volonté d’agriculteurs rencontrant  de gros problèmes  en terme de financement. Cela s’explique par le fait que leurs interlocuteurs financiers d’alors étaient peu formés  au financement notamment, d’exploitations agricoles ou de cheptels de bétail. En effet, les banques commerciales classiques ignorent l’agriculture : secteur peu rentable et soumis aux aléas climatiques.  Les agriculteurs de chaque région se sont donc peu à peu  regroupés afin de créer une entité capable de lever des fonds auprès des exploitants en excédent et de les redistribuer, sous forme de prêts, à ceux exprimant des besoins de financement. Il s’est avéré que ce système était extrêmement efficace et très peu risqué en terme d’investissement. Cela est notamment dû à la composition des Caisses Locales en elles mêmes : les agriculteurs connaissent bien les agriculteurs, leurs besoins en ressources financières et les risques y étant liés etc.… Au travers de ces caisses, les agriculteurs ont enfin trouvés un interlocuteur compétent en ce qui les concerne. 

On assiste donc entre la fin du XIX ème  et le début du XX ème siècle à un mouvement mutualiste du monde agricole au travers de la naissance des Caisses Locales. Mais en réalité ce mouvement n’est que le résultat de plusieurs siècles de rapprochements. En ce qui concerne l’agriculture notamment, il existait depuis longtemps un esprit de solidarité très fort qui se traduisait par des actes d’entraides lors de grands travaux tel que les moissons d’été ou les vendanges d’automne. Certains de ces usages ont même été codifiés dès le milieu du XVII ème  siècle au sein de sociétés de secours  mutuel prévoyant des échanges de services en nature.

Néanmoins ces institutions de solidarité ne pouvaient  pas répondre à l’important besoin de crédits nécessaires aux agriculteurs pour financer les investissements (notamment dû au progrès technique) ou faire face aux récoltes perdues en cas de calamités. Les     Caisses Locales ont donc été créées pour se soustraire aux usuriers qui pratiquaient jusqu’alors des taux d’intérêt à court terme de 15 à 20% de la somme emprunté et ainsi répondre aux besoins d’un secteur d’activité délaissé par le secteur bancaire classique.

Le système des Caisses Locales fut victime de son succès  et se développa à un point tel que ces dernières en venaient presque à se faire concurrence au niveau géographique. Cela n’était en aucun cas le but recherché. On assista donc au rapprochement de ces entités autonomes  afin de constituer des Caisses Régionales comme par exemple la Caisse Régionale du Crédit Agricole d’Ile de France.

Le regroupement en Caisses Régionales ne signifie pas la mort des Caisses Locales. On en compte  encore aujourd’hui près de 2600 et  elles constituent le socle du Crédit Agricole. Elles détiennent toujours un grand pouvoir de décision  et plus particulièrement dans les régions restées très rurales.

De l’union des Caisses Régionales (au nombre de 41 en 2005) naîtra  le Crédit Agricole ; maison mère aux missions bien définies.

Ce rapprochement des Caisses Locales puis des Caisses Régionales  démontre le désire émanant de groupe de réaliser des économies d’échelles, des effets d’expériences et de synergies. Et c’est grâce à cela que le Crédit Agricole devient un acteur à part entière du secteur bancaire et s’ouvre à la clientèle des particuliers.

Désormais il est le premier  « banque- assureur » de France et pèse de plus en plus lourd au niveau international.


 

 

 

             B. ORGANIGRAMME GENERALE DU GROUPE

 

 

 

v     Le Crédit Agricole Société Anonyme

 

 

 

Le Crédit Agricole a basé son organisation sur le principe de gigonialité (c'est-à-dire que chaque entité  inférieure est partie intégrante de l’entité supérieure). A sa tête on trouve le Crédit Agricole Société Anonyme. Il est l’organe représentatif du groupe auprès des différents intervenants sur le marché et est coté en bourse à hauteur de 25% depuis 2001 (ainsi le groupe se protège des Offres Publiques d’Achat hostiles)

Le Crédit Agricole est la première banque de détail en France avec plus de 21 millions de clients gérés par des Caisses Régionales et le réseau du LCL Le Crédit Lyonnais. Il bénéficie donc de plus de 9000 points de ventes et représente une part de marché supérieur à 24% sur le marché des particuliers en France.

Il est aussi leader dans la gestion d’actifs  en  France avec plus 400 milliards d’euros gérés en gestion d’actifs, assurances et banque privée (n°2 en assurance vie et 3ème assureur nationale) et leader en services financiers spécialisés tel que les crédits à la consommation et l’affacturage (n°1 en France) ou encore le crédit-bail (n°2 français).

Enfin le Crédit Agricole  est un acteur majeur sur le marché européen notamment en banque de financement et d’investissement (1er rang mondiale financement aéronautique et maritime).

       En tant qu’entité centrale, le Crédit Agricole S.A. est en charge de trois missions principales. Il doit veiller au bon fonctionnement et à la cohésion du réseau (par exemple respect des normes garantissant la liquidité et la solvabilité des unités la composant). Il garantit par ailleurs l’unité financière du groupe et est responsable de la cohérence de son développement. En plus de ces trois missions principales il est aussi responsable de toute la communication concernant le groupe. Ainsi, bien que les Caisses Régionales soient des entités autonomes elles ne conçoivent pas elles mêmes les campagnes publicitaires figurant dans leurs agences. Ces campagnes sont conçues à l’échelle nationale. Il en va de même pour ce qui touche au partenariat ou au  sponsoring. On peut notamment prendre pour exemple le sponsoring de l’équipe de France de football. La promotion du groupe s’effectue au niveau national dans un souci de cohérence et de cohésion ainsi que d’économie d’échelle.           

       Les liens étroits qui unissent le monde agricole et le groupe sont notamment visibles à sa direction composée d’un Président incarné par la personne de Mr René Carron depuis 2002 (ancien président de la Chambre  D’agriculture de Savoie entré au sein du Crédit Agricole  en 1981 comme président de la caisse locale de Yenne) et d’un Directeur Général, Mr Georges Pauget  en poste depuis 2005 et au Crédit Agricole  depuis 1973.

 

 

 

v     Les Caisses Régionales

 

 

 

       Issues de l’union des Caisses Locales  on pouvait en compter 94 en 1988 disséminées dans toute la France. Après une multitude de rapprochement afin de profiter de synergies  et de renforcer leur compétitivité on en dénombrait plus que 41 en  2005. La Caisse Régionale et son réseau d’agence sont un maillon essentiel du Crédit Agricole qui lui permet de conserver son ancrage sur le terrain et son atout de banque de proximité.

        Une Caisse Régionale est organisée de la façon suivante : elle est divisée en Directions Régionales, elles mêmes subdivisées en secteurs,  eux-mêmes responsables de plusieurs agences. Si on considère  l’agence d’Arcueil où j’ai effectué mon stage  elle appartient au secteur d’Antony au même titre que l’agence de Gentilly ou de Kremlin Bicêtre par exemple. Le secteur d’Antony est quant à lui subordonné à la direction régionale d’Etampes qui appartient elle-même à la caisse régionale d’Ile de France

       Cette organisation pyramidale  et ce découpage  géographique permettent un désengorgement des niveaux hiérarchiques les plus élevés et notamment de la caisse nationale concernant  les requêtes éventuelles.      

 

 

 

 

 

 

v     Le Crédit Agricole et ses filiales

            Afin d’offrir une gamme de produits et services toujours plus développés à leurs clients et d’asseoir sa position concurrentiel le Crédit Agricole est à la tête  d’un grand nombre de filiales :

-         Services financiers spécialisés (crédit consommation avec Sofinco , Finaref  et crédit bail avec Crédit Agricole Leasing)

-         Assurances (des personnes et des dommages avec Prédica et Pacifica)

-         Réseau bancaire avec LCL Le Crédit Lyonnais

-         Banque de financement et d’investissement avec  Calyon

-         Gestion d’actif (Crédit Agricole Asset Managment)

-         Banque de détail à l’international (Italie, Uruguay, Chili….)

-         Titre et services financiers avec le CACEIS

-         Gestion pour compte propre et divers (Crédit Agricole Immobilier et Cedicam pour les moyens de paiements)

-         Banque privée (Crédit Agricole Suisse SA, Crédit Agricole Luxembourg, CFM Monaco)

 

 

 

Ces différentes filiales ont permis au groupe d’atteindre une taille critique facteur, clef de succès sur le marché bancaire, et de mettre à la disposition des équipes commerciales une gamme de produits étendue correspondant parfaitement aux besoins d’une clientèle de plus en plus exigeante.

        C. ORGANISATION DE L’AGENCE

       L’agence d’Arcueil où j’ai été accueilli durant ces deux mois est une agence de petite taille. L’équipe commerciale est composée de 5 personnes : le directeur d’agence Mr Kerbiriou, la conseillère commerciale Mlle Helly et les conseillers clientèle Mr Barré , Mr Corceiro et Mlle Tilleard.

Dans une agence d’une tel envergure il en va sans dire que tous les conseillers se doivent d’être le plus polyvalent  possible. En effet alors que dans les grandes agences les taches sont très compartimentées avec notamment une seule et même personne préposée au guichet, dans les petites agences les conseillers peuvent tout aussi bien être au guichet dans la matinée et  en rendez-vous l’après-midi.

Une  journée à l’agence commence à 8h30 par une réunion plus ou moins formelle  avec les collaborateurs (notamment si le directeur d’agence avait assisté à une réunion de secteur  la veille). A 9h00 l’équipe ouvre l’agence à la clientèle, ensuite il faut répondre aux interrogations des clients tout au long de la journée, conseiller, assurer ses rendez-vous. Une personne au minimum doit toujours être présente au guichet. De plus à tour de rôle les employés doivent effectuer les taches relevant du poste de Gestionnaire  Des Valeurs (GDV). C’est le seul poste qui est censé être en contact avec de la monnaie fiduciaire, il collecte les versements de la journée effectués via le coffre de versement ou les automates. Il se charge aussi des différents retraits de grosse valeur prévu dans la journée (tout retrait supérieur a 800 euros doit être prévu 48 heures à l’avance).

A cela s’ajoute une multitude de tâches quotidiennes tel que le tri du courrier, la lecture des notes internes, le suivi des dossiers en cours (« instances ») ainsi que les vérifications spécifiquement liées  à la gestion des risques.

L’agence d’Arcueil  à proprement parler possède une clientèle de type « middle classe », néanmoins cela ne l’empêche pas de réaliser des résultats plus qu’honorables compte tenu  de sa dimension. Elle à notamment terminé deuxième de son secteur d’Etampes en  2005.

La réalisation de tels résultats dans un secteur de plus en plus concurrentiel où la multi bancarisation est devenue monnaie courante n’est pas due au hasard. Ils sont le fruit 

Publié dans Compétences acquises

Commenter cet article